Guide pratique sur la garantie biennale

garantie biennale

Publié le : 23 octobre 20217 mins de lecture

La garantie biennale ou garantie de bon fonctionnement est l’engagement d’un vendeur à intervenir dans le délai déclaré par celui-ci pour tout mauvais fonctionnement des biens neufs vendus.

Cette garantie ne concerne que les caractéristiques fonctionnelles des biens et non les caractéristiques formelles pour lesquelles le consommateur est déjà protégé par le code de la consommation et le code civil.

La durée d’une garantie biennale

La période de garantie standard pour les biens neufs vendus aux consommateurs est d’au moins 24 mois. Certains vendeurs étendent cette période à 3, 5, 7 ans, voire plus. En réalité, il n’y a aucune obligation de fournir la garantie de bon fonctionnement, mais si vous décidez de ne pas la fournir ou si elle dure moins longtemps que d’habitude, cela doit être explicitement indiqué, et il n’y a pas non plus de période de garantie minimale spécifique.

Il s’ensuit que le vendeur peut vendre un bien neuf avec une garantie de performance de 6 mois et être responsable de la garantie légale de conformité pour une période de 24 mois. Rendez-vous sur un site spécialisé pour en savoir plus sur la responsabilité civile professionnelle.

À parcourir aussi : Malfaçon après travaux : faire appel à un expert spécialisé

Garantie biennale et protection

Certains pourraient se poser la question suivante : si le vendeur n’est pas tenu de fournir des garanties financières de bonne exécution, cela signifie-t-il qu’il n’y a pas de protection pour le consommateur ? D’un point de vue technique, le mauvais fonctionnement du bien, dans le cas où la disposition de la garantie de bon fonctionnement est exclue, peut être considéré comme la responsabilité directe du vendeur seulement s’il peut être configuré comme un vice caché, déjà présent au moment de la livraison, ou comme un manque de conformité du bien avec le contrat de vente, la négociation ou ce qui est déclaré dans la publicité.

Cela signifie qu’en l’absence de garantie de bon fonctionnement, le vendeur n’est tenu d’intervenir en cas de mauvais fonctionnement du bien vendu que si ce mauvais fonctionnement peut être attribué à un défaut du bien lui-même, déjà présent au moment de la livraison et dont le vendeur a caché l’existence, ou peut être configuré comme quelque chose de différent de ce à quoi on pouvait raisonnablement s’attendre en fonction de ce qui a été décrit dans la négociation, dans la publicité et dans le contrat de vente, c’est-à-dire de biens du même type et ayant les mêmes caractéristiques.

En effet, le fait que le consommateur se voit généralement accorder une garantie de bon fonctionnement d’au moins 24 mois sur les biens neufs est dû précisément au fait que dans les premiers mois de vie et d’utilisation d’un bien, il est difficile de distinguer la frontière entre le dysfonctionnement en tant que fin en soi et les questions plus spécifiquement liées à la forme contractuelle et à la correspondance du bien aux attentes produites par le contrat lui-même.

Garantie biennale et biens d’occasion

Les biens d’occasion ne bénéficient pas d’une garantie de bon fonctionnement. Le consommateur est actuellement protégé par le Code de la consommation qui stipule que les biens doivent être conformes à ce qui est décrit dans la publicité, la négociation et le contrat de vente et qu’ils doivent également répondre aux qualités que le consommateur peut raisonnablement attendre d’un bien de même type et présentant les mêmes caractéristiques en fonction du temps et de l’usage antérieur de la chose.

Dans la vente de biens d’occasion, la garantie conventionnelle ou commerciale peut remplacer la garantie technique de bon fonctionnement, limitée à ce qui est prévu dans les conditions générales de service.

Pour les professionnels

Pour les biens neufs vendus aux professionnels, la possibilité d’offrir une garantie de performance est utilisée de manière très variée. Il n’y a pas de véritable coutume, comme c’est le cas pour les biens vendus aux consommateurs.

En effet, la durée de la Garantie offerte varie selon le secteur et le type de bien, même si récemment, surtout pour les biens de grande distribution (électronique et informatique), il n’y a pas de différence entre consommateurs et professionnels, comme c’est le cas pour les biens achetés dans les grandes chaînes de distribution.

Il y a souvent confusion entre les garanties qui doivent être fournies par le vendeur, c’est pourquoi la jurisprudence est toujours attentive dans ses précisions :  » la garantie des défauts de la chose vendue se distingue de la garantie de bon fonctionnement prévue par l’article du code civil en ce que, alors que cette dernière impose à l’acheteur uniquement la charge de prouver que la chose vendue ne fonctionne pas correctement, la première – que le vendeur est tenu de fournir même s’il n’y a pas de faute, la faute n’étant exigée que par la faute du vendeur, se distingue de la garantie de bon fonctionnement prévue par l’article du code civil . 

Tandis que la seconde impose à l’acheteur uniquement la charge de prouver le mauvais fonctionnement de la chose vendue, la première, à laquelle le vendeur est tenu, même s’il est irréprochable, puisque la faute du vendeur n’est requise qu’aux fins de l’obligation de payer des dommages-intérêts, impose également à l’acheteur la charge de prouver l’existence du défaut spécifique qui rend la chose vendue impropre à l’usage auquel elle est destinée.

Le bon fonctionnement de la chose pendant le temps convenu, une garantie plus forte pour l’acheteur, de manière autonome et indépendante de la garantie des défauts et de la responsabilité pour défaut de qualité, est fondée sur un accord contractuel et, par conséquent, ne peut être invoquée qu’après déduction et démonstration de l’existence d’un tel accord dans le contrat de vente.

Cette garantie permet à l’acheteur d’obtenir le remplacement ou la réparation de l’article s’il est défectueux, sans préjudice du droit à la réparation du dommage. L’acheteur doit notifier au vendeur le défaut détecté, sous peine de déchéance, dans les trente jours de sa découverte, si le contrat ne prévoit pas de délai différent, et doit exercer toute action contre le vendeur dans le délai de prescription de six mois à compter de la découverte.

La stipulation de cette garantie dispense l’acheteur de prouver que le vice de fonctionnement provient d’un défaut d’origine ou d’un défaut de qualité de la chose, l’acheteur a donc seul la charge de prouver le vice de fonctionnement.

Plan du site